Four à Micro ondes

Les ondes électromagnétiques (hyper fréquences)

Un four à micro-ondes est utilisé pour le chauffage rapide d’aliments, par agitation des molécules d’eau qu’ils contiennent sous l’effet d’un rayonnement micro-onde.

  • Examiner votre four à micro-ondes. Si la porte, les charnières, les loquets ou l’écran présentent des signes d’endommagement, il est possible que les fuites de radiations électromagnétiques soient trop élevées.(D’après notre expérience sur le terrain BEAUCOUP FUIT)
  • Ne pas utiliser le four si la porte ne ferme pas ou si elle tordue ou endommagée.
  • Garder la porte et les joints d’étanchéité propres.
  • Respecter les indications du fabricant sur l’utilisation du four à micro-ondes.
  • Contacter un technicien qualifié ou le service après vente pour toutes réparations.
  • Ne jamais insérer d’objet par une ouverture du four ni près du joint d’étanchéité.

Au niveau des aliments, quand un plat cuit aux micro-ondes il est mort c’est à dire que vous devez dépenser de l’énergie pour assimiler une nourriture qui était sensé vous en apporter.

  • Si vous avez le choix, faites une cuisson au four, à la casserole, à la poêle, à la vapeur, une cuisson douce plutôt qu’au four à micro ondes.

si malgré cela vous persistez à utiliser un four à micro ondes

  • N’utilisez pas votre micro-ondes pour cuire des aliments plus de 3 minutes.
  • Sortez de la pièce ou il est en fonctionnement.
  • Pour votre bébé, faites réchauffer le lait à l’aide d’une casserole et non avec un four à micro-ondes.

<- Retour à la page générale pour un autre conseil

2 réponses à Four à Micro ondes

  • François Wolters dit :

    Suite à une discussion où je déconseillais l’usage d’un four à micro-ondes en alimentation, et content de découvrir vos informations, j’aimerais recevoir de votre part l’explication technique par laquelle l’aliment devient « mort ». Ceci m’aiderait bien!
    Cordialement,
    Fr. Wolters

    • admin dit :

      Voici un extrait de l’article paru dans
      Dans la revue « Des Clef Pour Vivre » n° 14 – mars 1996 réalisé par
      Dr Alain SCOHY – Alès et Dr Sylvette MEKERTA

      L’OMS estime que  » la connaissance actuelle des mécanismes biophysiques qui sous-tendent le fonctionnement des membranes cellulaires et les propriétés (…) des composants des cellules reste limitée. L’interprétation des résultats (…) doit s’entourer d’une grande circonspection « . Cf  » Critères d’Hygiène de l’environnement  » – n°16 / OMS.
      Un certain nombre de techniques permettent de mesurer de façon fiable et reproductible l’ENERGIE VITALE des aliments et des corps biologiques.
      • l’examen au microscope selon la technologie de Gaston NAESSENS qui permet de
      prendre conscience des microzymas pré-existant dans tous les processus vitaux.
      • la BIO-ELECTRONIQUE de Louis-Claude VINCENT,
      • la photographie selon le procédé KIRLIAN, (technique qui utilise les hautes fréquences),
      • la cristallisation sensible,
      • la SPECTROSCOPIE, qui, elle, utilise les basses fréquences.
      En fonction des expérimentations réalisées avec ces techniques, il est possible de « quantifier » l’énergie VITALE ou VIBRATOIRE des aliments. Cette énergie VIBRATOIRE apparaît essentielle pour la bonne assimilation de l’aliment et son bénéfice pour la santé.
      Un être humain en bonne santé atteint un taux de +15 d’énergie vibratoire positive.
      Un malade affaibli oscille entre 0 et -10.
      Un malade souffrant du cancer avoisine les -35.
      Un mourant se situe à -45.
      3 jours après la mort, l’énergie vibratoire est encore à -50.
      Il semble donc, et c’est bien logique, qu’il existe des fuites d’énergie vibratoire, en permanence. Ces fuites doivent être compensées, ce qui se fait au travers des aliments ingérés. C’est ainsi qu’une carotte va avoir une énergie vibratoire de :
      + 15 pour une carotte ordinaire,
      + 25 pour une carotte obtenue en culture biologique,
      + 5 pour une carotte ayant séjourné 8 jours dans un réfrigérateur,
      + 2 pour une carotte biologique cuite de suite après le ramassage.
      Les produits traités (engrais chimiques et pesticides) se situent à des taux autour de – 15. Le pain blanc industriel est à – 25. Par contre, le pain de culture biologique cuit au feu de bois se situe à + 25 ! Un aliment qui possède une énergie vibratoire avant cuisson à + 25, une fois cuit au four à micro-ondes, en ressort avec un taux à – 20°… (Cf. travaux de GILBERT ALTENBACH & BOUNE LEGRAIS).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *